Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des rainettes

Le blog des rainettes

De tout et de rien mais surtout de tout : de l'actualité aux voyages, en passant par la culture, littérature, cinéma, l'Art et jusqu'à la cuisine ou la politique, parfois le tout en même temps à 4 mains, à loisir et à l'envie ! Pourquoi ? Parce qu’un et un font un, parce qu’ils existent, parce que c’est suffisant et insuffisant à la fois, parce qu’ils sont toujours d’accord, parce qu’ils ne sont jamais d’accord, parce qu’il est persuadé d’avoir raison, parce qu’elle sait qu’elle a toujours raison, parce qu’il y aura toujours des questions insolubles, parce qu’il y a trop de personnes porteuses de vérités prêtes à l’emploi, parce qu’il y en d’autres envahies de doutes, parce que la liberté de s’exprimer, de se laisser porter est un privilège dont on n’a pas toujours conscience, parce qu’il faut l’explorer comme on explorerait un nouveau continent . Parce qu’ils ne se prennent pas au sérieux, parce qu’ils se prennent trop au sérieux, parce qu’ils ne peuvent pas se passer d’internet, parce qu’ils aiment réagir, interagir, parce qu’un poste de télé ou un bon bouquin ça n’a pas beaucoup de répartie, parce qu’ils aiment des choses, sont dégoûtés, énervés, par d’autres, parce qu’ils contemplent. Parce qu’IL s’imagine en ermite reculé d’un monde fou au bord d’un étang, parce qu’ELLE veut voir le monde, parce qu’ils ont vu, parce qu’ils ont à voir, parce qu’IL repense la vie, l’univers et le reste dans un trempage hebdomadaire, parce qu’ELLE invente des vies, des univers et des restes dans des nuits blanches quotidiennes, parce qu’ELLE s’ennuie, parce qu’ils sont bavards, parce qu’ils sont timides, parce qu’ils sont différents, parce que les autres sont les autres, parce qu’ils sont de grands gamins et parce qu’ils en ont envie : le blog des reinettes, bavardages avec les grenouilles sur un bord d’étang reculé ou sur un coin de toile pseudo-sociale ! IL et ELLE

A l'école du monde

A L'ECOLE DU MONDE, LES SANCTIONS PLEUVENT

 

Les sanctions se multiplient dans le monde, chaque pays sanctionne son ennemi qui lui-même sanctionne un autre état, etc, etc…

 

Récemment, les sanctions s'accumulent : sanctions russes contre les diplomates américains, c'était lundi ; sanctions américaines contre la Russie à la fin de la semaine dernière ; sanctions mondiales contre le Venezuela, il y a quelques jours ; sanctions nouvelles contre la Corée du Nord...

On peut tout d’abord souligner le fait que ces sanctions avant tout économiques sont des reliquats de la domination occidentale du XXème siècle. A-t-on déjà vu l'Afrique imposer des sanctions à l'Europe ? Ou la Chine, émue, proposer aide et assistance à la Grèce ruinée ?

 

 

Mais pour s'y retrouver dans ce panaché de sanctions qui vont du plus symbolique au plus douloureux, il faut se poser deux questions : qui et par qui ?

Tout d’abord, qui ses sanctions visent-elles ? La question vaut d'être posée parce que les Etats-Unis viennent, par exemple, de geler les avoirs que posséderait le président vénézuélien aux Etats-Unis. Or, à part rejoindre le club très sélect des présidents en exercice sanctionnés par Washington (ils sont 4 : Nicolas Maduro, donc, le syrien Bashar Al Assad, le nord-coréen Kim Jong-Un et le zimbabwéen Robert Mugabe) on sent bien que c’est parfaitement inutile. Dans le cas du Venezuela, les vraies sanctions consisteraient à ne pas importer son pétrole. Le pays est le 2ème fournisseur des Etats-Unis. Si Washington ferme le robinet, le régime chute dans le mois. Mais il n'en a jamais été question.

 

C'est parce que les sanctions contre l'Iran touchait avant tout le pétrole qu'elles ont été efficaces et ont forcé Téhéran à négocier.
 

 

Ca a peut-être fonctionné pour l'Iran, mais pas du tout pour la Corée du Nord. Il y a une énorme différence : les sanctions contre l'Iran ont été imposées par ceux qui achètent son pétrole, à savoir l'Europe et les Etats-Unis. Or, les sanctions contre la Corée du Nord ne sont pas appliquées par son principal client : la Chine.
90% du commerce nord-coréen s'effectue avec Pékin. Donc seule la Chine à toutes les cartes en main. C'est d'ailleurs pour cette raison que les Nord-Coréens rêvent de négocier directement avec les Etats-Unis, histoire de sortir de ce tête-à-tête.

 

 

En fait, les sanctions ne servent à rien dans 2 circonstances : lorsqu'un régime se bat pour sa survie et que les sanctions internationales sont le cadet de ses soucis (c'est le cas de la Syrie ou du Venezuela).

 

Et lorsqu'un régime a pour allié un pays aux poches profondes : c'est le cas donc de la Corée du Nord ou même de Cuba qui, des années durant, a pu compter sur l'Union Soviétique pour compenser le blocus américain. Puis récemment, sur le Venezuela…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste le cas particulier de la Russie : impossible de refuser le gaz ou le pétrole russe. Moscou est le 1er producteur d'or noir au monde et certains pays d'Europe dépendent à 100% du gaz naturel russe.

 

Les sanctions sont donc ciblées, financières ou symboliques. Et pourtant, elles sont plutôt efficaces : tout simplement parce que la Russie a désespérément besoin d'investissements étrangers (les nôtres). Son appareil industriel et son économie en général sont obsolètes et elle a 140 millions de citoyens à servir. Or personne n'investit dans un pays à risque et mis au ban…

 

C’est la cour de récréation mondial et son jeu de sanctions internationales aujourd’hui : des dominos qui s'entrechoquent de pays en pays, en en évitant certains...

 

ELLE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article