Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des rainettes

Le blog des rainettes

De tout et de rien mais surtout de tout : de l'actualité aux voyages, en passant par la culture, littérature, cinéma, l'Art et jusqu'à la cuisine ou la politique, parfois le tout en même temps à 4 mains, à loisir et à l'envie ! Pourquoi ? Parce qu’un et un font un, parce qu’ils existent, parce que c’est suffisant et insuffisant à la fois, parce qu’ils sont toujours d’accord, parce qu’ils ne sont jamais d’accord, parce qu’il est persuadé d’avoir raison, parce qu’elle sait qu’elle a toujours raison, parce qu’il y aura toujours des questions insolubles, parce qu’il y a trop de personnes porteuses de vérités prêtes à l’emploi, parce qu’il y en d’autres envahies de doutes, parce que la liberté de s’exprimer, de se laisser porter est un privilège dont on n’a pas toujours conscience, parce qu’il faut l’explorer comme on explorerait un nouveau continent . Parce qu’ils ne se prennent pas au sérieux, parce qu’ils se prennent trop au sérieux, parce qu’ils ne peuvent pas se passer d’internet, parce qu’ils aiment réagir, interagir, parce qu’un poste de télé ou un bon bouquin ça n’a pas beaucoup de répartie, parce qu’ils aiment des choses, sont dégoûtés, énervés, par d’autres, parce qu’ils contemplent. Parce qu’IL s’imagine en ermite reculé d’un monde fou au bord d’un étang, parce qu’ELLE veut voir le monde, parce qu’ils ont vu, parce qu’ils ont à voir, parce qu’IL repense la vie, l’univers et le reste dans un trempage hebdomadaire, parce qu’ELLE invente des vies, des univers et des restes dans des nuits blanches quotidiennes, parce qu’ELLE s’ennuie, parce qu’ils sont bavards, parce qu’ils sont timides, parce qu’ils sont différents, parce que les autres sont les autres, parce qu’ils sont de grands gamins et parce qu’ils en ont envie : le blog des reinettes, bavardages avec les grenouilles sur un bord d’étang reculé ou sur un coin de toile pseudo-sociale ! IL et ELLE

Billet d'une humeur caniculaire

Billet d'une humeur caniculaire

Autour des brèves du moment, pas toutes rafraichissantes, il y a de quoi émettre un son de cloche pour... des cloches sonnantes et trébuchantes.

Les petits nouveaux font leur rentrée pour découvrir l'hémicycle, alors que les plus jeunes ne rêvent que d'une chose, faire leur sortie (avec ou sans le BAC, et qui dit bac dit eau, ne boudons pas notre envie du moment).

Ainsi, ils découvrent. Les bleus prennent possession de leur trousseau de bienvenue, cocarde de voiture incluse (même pour ceux qui affirment ne jamais utiliser de véhicule quadricycle à usage privé, oui, une voiture... je ne sais pas si rouler en demi-roue permet d'aller bien loin).

Les plus tapageurs commencent à tapager. Ils se trouvent comme de bien entendu, du côté des extrêmes, "les seules vraies oppositions". Et ça buzze à tout va, une vraie orgie estivale. Si la blonde et le vociférant méprisant font un petit, surtout qu'ils le cachent bien. 

 

Les ras du bulbe qui trouvent leur bonheur dans un "état" volatilisé, sans état d'âme, continuent leurs actions à coups de bombes ou d'agressions plus ou moins ciblées. On se pose la question de permettre à un "fichier S" d'avoir un permis d'utilisation d'arme. Amusant. Ce n'est pas avec un permis que l'on fait une bombe à bonbonne de gaz, ou que l'on alimente une Kalache de centaines de munitions. L'art de cibler les questions importantes. C'est d'ailleurs un scandale, il parait même que des "fichiers S" ont un permis de conduire. Mais où va le monde ma bonne dame !

 

Avec tout ça il y a urgence. Un état d'urgence pour protéger le citoyen lambda (une version plus mathématique de John Doe). Est-ce que le plan "Vigipirate" était insuffisant ? Mystère. Ce qui est sûr, c'est que les dispositions légales permettent aujourd'hui de combattre efficacement... les libertés individuelles. Je ne connais pas bien le sujet, mais je suppose que l'on peut trouver un intermédiaire entre une protection armée et visible, un arsenal répressif juridique qui peut s'emballer a priori, et la sécurité nécessaire, un des premiers devoirs de l'Etat (après tout, ce n'est qu'une extension du village fortifié du néolithique).

Il y a urgence... caniculaire. Au moins pendant ce temps là, les climato-sceptiques se taisent, ça fait des vacances. Hydratons-nous, quel que soit l'âge. Bon, on n'est pas obligé de suivre les préceptes des années 1970 qui pouvaient faire la promotion d'une rafraîchissante bière voire plus si affinité (avant d'être refroidis et mis en bière). Cela n'empêche pas les incendies et leurs ravages. Je me demande si les incendiaires se rendent comptent qu'avec leurs "bêtises" ils augmentent le taux de CO2 dans l'atmosphère, participant encore plus au réchauffement climatique ? De là à penser qu'ils sont climato-sceptiques, voire, que ces derniers sont des incendiaires, il n'y a qu'un pas... et hop, je viens de le franchir ^^. Cela aurait pu être amusant. Mais un incendie est mortel, alors ne jouons pas avec le feu.

 

Cela ne doit pas nous faire oublier que les chercheurs ont enfin trouvé et prouvé (si les raisonnements autour de l'ADN mitochondrial tiennent la route) la source des chats, compagnons pour le moins égoïstes et parfois énigmatiques (surtout dans la version à tête humaine). Ils viendraient du Moyen-Orient et auraient colonisé l'Europe au grès de la néolithisation. Avant d'avoir des états, on avait des chats. L'agriculture, les silos, les rongeurs et ... les chats. Une relation symbiotique où chacun y trouve son compte, du moins au niveau du régime alimentaire. Ce sont des échanges qui étaient gagnants-gagnants jusqu'à ce que ... Et oui, il y a comme un petit déséquilibre dans la relation, non ? Enfin, le chat continue à avoir sa nourriture, mais en échange on ne peut pas dire qu'il protège notre garde-manger, je dirais que ce serait plutôt l'inverse. Le chat continue de se servir de l'homme en pourvoyeur de nourriture, sans qu'il ne change d'un pouce sa manière de considérer les bipèdes. Vraiment trop fort. Et là, la science bute. Personne ne sait comment s'est faite cette inversion, à quel moment, ils ont fini par nous dominer. Malheureusement, l'ADN ne nous permet pas de tracer cette mutation qui nous a fait passer de la symbiose, à l'esclavage.

Bien sûr, on pourrait dire que pour le chien ça serait pareil, on l'a domestiqué pour nous être utile à la chasse et en protection contre les prédateurs. Mais non, ça n'a rien à voir. Le chien s'est rendu dépendant de l'homme, de sa présence, de son affection. Le chien se donne sans compter, l'homme le domine.

Le chat daigne, consent et il est le Maître de l'homme, donc du chien (syllogisme animalier ^^).

Cela dit, le monde est partagé en deux catégories, ceux qui préfèrent les chats, ceux qui préfèrent les chiens, et les autres ;-).

 

Apparemment, pour vivre sur une île déserte, il vaut mieux être chien. C'est en tout cas le choix fait par cet australien qui vit dans son petit paradis depuis une vingtaine d'années mais qui risque d'être expulsé, un retour à une forme de néolithique avec toutes les commodités modernes (ha, les bienfaits de l'évolution). Oui, ça a quelque chose de particulier dit comme ça, on imagine Robinson se faire expulser de son île. C'est toute la différence entre le naufragé volontaire et celui qui se sent Seul Au Monde. L'être humain est étrange. Une même situation peut être adorée ou honnie, selon le point de départ, la liberté ou le choix qui a conduit à cette situation. Cela me dit quelque chose... et si une forme de liberté était le préambule à tout bonheur ?

 

Ainsi, il vaut mieux être ministre et choisir de démissionner, que de se faire débarquer alors que l'on a œuvré de toutes les ficelles du métier pour se hisser dans le tableau final. Est-ce que F. Bayrou est heureux de la situation actuelle ? A vrai dire, je m'en moque, mais s'il s'agit d'une question rhétorique, je dirais que ça dépend des raisons de l'impulsion de ce départ, s'agirait-il de son choix ? Je ne sais pas, mais je pense qu'il n'est pas très heureux ;-).

Entre ces urgences, ces chaleurs, ces libertés brisées ou ces gesticulations politiques qui donnent envie de distribuer un Bonne Paire de Claque, c'est revigorant comme l'onde claire, et en ce moment, on peut en rêver ;-)), voyons ce que nous dit un esprit "éclairé" ?

Stephen Hawking, après mure réflexion, déclare : "les hommes doivent quitter la terre". Voilà une idée cool, donc rafraîchissante. Après nous avoir mis en garde contre la naissance de l'I.A. (cf. Terminator ou Matrix, je suppose) voilà où il voit notre avenir. Bon, pour faire court, avec les techniques actuelles, quitter la terre c'est partir des dizaines de milliers d'années dans l'espace interstellaire qui n'est pas réputé pour être un milieu très vivable même pour un Alien, ou alors se mettre à la culture des pommes de terre en mode autarcique sur un planète sans oxygène et pas prête d'être terra-formée (pour faire SF).

 

Heu, il n'y a pas mieux ?

Ok, le monde est bordélique, les ressources sont sur-consommées, gaspillées et en quantités qui se réduisent comme la peau de chagrin. La situation géopolitique est caniculaire elle aussi et il semble que de plus en plus d'intérêts convergent vers des solutions belliqueuses. Les perturbations climatiques vont déplacer les frontières et  engendrer de nouvelles ruptures. Mais sommes-nous condamnés, si nous restons, à vivre sur une boule d'eau (Waterworld, pas pour le film qui a fait plouf, pour l'idée ou Intelligence Artificielle), dans un désert à la Mad Max ou une planète mourante à la Interstellar ou sur La Route ?

Certes, il est aussi naturel que l'homme repousse les frontières car c'est dans ses gènes (cf. les mitochondries de notre Ève).

Alors peut-être sommes-nous condamnés à faire un aller-retour à la Wall-E (et son Ève). Peut-être qu'une solution est au delà de notre atmosphère chaude, mais la vie et l'évolution permettent de faire émerger des solutions inattendues qui pourront permettre de résoudre les problèmes à venir (peut-être un truc du genre mettre tous les cons dans une fusée pour le soleil ? oui je sais, ça pose le problème de la définition du "con", mais ça peut être un début. Je n'ai rien inventé, on peu trouver ça dans les Simpson).

 

Alors, je ne sais pas de quoi demain sera fait, ni si S. Hawking aura raison dans 50, 100 ou 1000 ans. Mais pour l'instant, avec les neurones en liquéfaction je pense à une adaptation évolutive du genre : et si nous avions une climatisation intégrée qui nous fasse nous refroidir plus vite que par la sudation, genre distributeur de glace d'un frigo américain ? 

Et pendant ce temps, l'eau coule sous les ponts de la Vologne...

IL

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article