Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des rainettes

Le blog des rainettes

De tout et de rien mais surtout de tout : de l'actualité aux voyages, en passant par la culture, littérature, cinéma, l'Art et jusqu'à la cuisine ou la politique, parfois le tout en même temps à 4 mains, à loisir et à l'envie ! Pourquoi ? Parce qu’un et un font un, parce qu’ils existent, parce que c’est suffisant et insuffisant à la fois, parce qu’ils sont toujours d’accord, parce qu’ils ne sont jamais d’accord, parce qu’il est persuadé d’avoir raison, parce qu’elle sait qu’elle a toujours raison, parce qu’il y aura toujours des questions insolubles, parce qu’il y a trop de personnes porteuses de vérités prêtes à l’emploi, parce qu’il y en d’autres envahies de doutes, parce que la liberté de s’exprimer, de se laisser porter est un privilège dont on n’a pas toujours conscience, parce qu’il faut l’explorer comme on explorerait un nouveau continent . Parce qu’ils ne se prennent pas au sérieux, parce qu’ils se prennent trop au sérieux, parce qu’ils ne peuvent pas se passer d’internet, parce qu’ils aiment réagir, interagir, parce qu’un poste de télé ou un bon bouquin ça n’a pas beaucoup de répartie, parce qu’ils aiment des choses, sont dégoûtés, énervés, par d’autres, parce qu’ils contemplent. Parce qu’IL s’imagine en ermite reculé d’un monde fou au bord d’un étang, parce qu’ELLE veut voir le monde, parce qu’ils ont vu, parce qu’ils ont à voir, parce qu’IL repense la vie, l’univers et le reste dans un trempage hebdomadaire, parce qu’ELLE invente des vies, des univers et des restes dans des nuits blanches quotidiennes, parce qu’ELLE s’ennuie, parce qu’ils sont bavards, parce qu’ils sont timides, parce qu’ils sont différents, parce que les autres sont les autres, parce qu’ils sont de grands gamins et parce qu’ils en ont envie : le blog des reinettes, bavardages avec les grenouilles sur un bord d’étang reculé ou sur un coin de toile pseudo-sociale ! IL et ELLE

Les évolutions de l'Evolution

Au commencement était … pas grand-chose. Une petite histoire de ce pas grand-chose explosif nous amène moyennant un saut d’à peu près 8 milliards d’années vers une boule rocheuse de lave et de chocs. Imaginons, une boule de feu vient de s’allumer, les poussières s’agglutinent, les glaces s’évaporent, les cataclysmes doivent trouver d’autres  qualificatifs. Le charme de la gravité est de faire de rocher informes des boules de billard dans un jeu aléatoire. Grain après grain, la Terre naît et renaît (amusant d’avoir donné au nom de notre planète le même nom que le plancher des vaches, si on avait su que sa surface était composée de 70% d’eau, l’aurions-nous l’appeler « l’Océan », voire « Waterworld » ?).

Les évolutions de l'EvolutionLes évolutions de l'Evolution

Arrive un choc (au dire des dernières avancées scientifiques) qui donna à la Terre une petite sœur qui depuis s’éloigne sans bruit. Amusant de remarquer qu’aujourd’hui, alors que l’Homme regarde vers les étoiles, le diamètre apparent de cette compagne est sensiblement le même que celui de l’étoile centrale, comme si les éclipses totales devaient nous éblouir. Le hasard est parfois magique. Il y a 4 milliards d’années, elle était plus proche, plus grosse, plus intime, mois magique.

Les évolutions de l'Evolution

Arrivent les histoires d’eau et de feu, la lave et la pluie, les océans et les montagnes. Une terre vierge et minérale bercée par les vents et les marées : milieu semble-t-il propice à quelque chose de neuf. L’entropie en question, la flèche du temps inversée d’une certaine manière, de quoi narguer les explosions et les chocs. Une première cellule nous regarde. Qu’est-ce qui l’a amenée à se mouvoir, se nourrir, se reproduire ? Nous ne le savons pas précisément. Des expériences mélangeant électricité à la Frankenstein et « soupe » primordiale semblent conduire à la création des premières briques de vie. Les comètes ou autres météorites semblent également être riches d’autre chose que de pierre et de glace. Ce qui est sûr c’est que la vie en milieu aqueux s’est développée. Une cellule en appelant une autre, le passage de la mono-cellule à l’être pluricellulaire devint une nécessité, la flèche du temps inversée pouvant conduire vers un accroissement de complexité, là où l’entropie naturelle simplifie et atomise tout système.

Les évolutions de l'EvolutionLes évolutions de l'Evolution

Il n’y a qu’un pas pour aller de proche en proche vers les premiers organismes. A une échelle un peu plus grande, ils reproduisent les mêmes nécessités : nourriture, reproduction, sens pour fuir ce qui peut détruire mais mourir tout de même. Si la première cellule avait été éternelle, la vie n’aurait pas évolué. L’évolution apparait comme une manière de faire perdurer le processus vital. La vie dans sa globalité se sert de l’évolution pour se donner les moyens de perdurer, en se nourrissant de ses cellules/organismes individuels. L’évolution ne choisit pas une orientation spécifique mise à part celle de la complexification croissante, en bonne opposition à la destruction naturelle.

Arrivent en sus des moments particuliers, de purs moments de hasard. De temps en temps, au grès de terrifiantes interventions météoritiques ou d’explosions volcaniques, les organismes sont décimés par espèces entières. Puis, la vie fidèle à son crédo reprend son chemin, aléatoirement poussée vers des solutions de plus en plus complexes, toujours nouvelles, multidirectionnelles sans choix préalable.

Les évolutions de l'Evolution

Encore un bond dans le temps, les hominidés apparaissent, fruits involontaires des étapes progressives qui tendent toujours vers de plus en plus de complexité. Des espèces se différencient et se disputent des territoires. Des espèces migrent et d’autres disparaissent. Au sein de cette famille, de proche en proche au gré des possibilités locales ou de gènes favorables, l’Histoire nous amène chez l’homme moderne, celui qui deviendra l’homme que nous sommes, ni plus ni moins évolué. Il y a quelques dizaines de milliers d’années, on pleurait et enterrait nos morts, on développait un sens artistique plus ou moins symbolique, on aimait nos enfants, on se battait pour notre famille.

Nous sommes les mêmes avec l’électricité, l’eau courante et du feu à volonté. Lorsqu’au Néolithique nous nous sommes sédentarisés, les premières structures sociales se sont complexifiées, hiérarchisées, des lois formelles devinrent nécessaires. L’Evolution nous pousse vers des systèmes où les interactions entre les différents organismes qui composent LA Vie, sont de plus en plus compliquées.

Les évolutions de l'EvolutionLes évolutions de l'Evolution

Est-ce que tout ceci procède d’un dessein particulier ? Le chemin qui a conduit de la première cellule à aujourd’hui est parsemé d’évènements non nécessaires, totalement aléatoires dans le sens imprévisibles. Même si des théories peuvent décrire la manière dont cette évolution des organismes dans leurs milieux dépasse des contraintes environnementales, il n’en demeure pas moins que si aucune météorite ou aucune réaction en chaîne volcanique n’avait eu lieu en cours de route, la Terre serait peut-être peuplée aujourd’hui de dinosaures ayant maîtrisé le feu.

Les évolutions de l'Evolution

Dieu ne joue peut-être pas aux dés, mais peut-il se tromper de direction ? Le plus simple serait de penser que vie, aléas naturels, conditions environnementales, etc... conduisent à des solutions de plus en plus complexes, peu importe la forme que prend cette complexité. Et si tout cela ne menait qu'à la possibilité de prendre conscience de ce qui nous entoure, de créer et de profiter du spectacle ? Que nous ayons des tentacules, 25 yeux, 2 bouches ou rien de tout cela, est-ce si important ? Cela ne change rien à ce que nous voyons ni à notre potentiel de créativité.

La création est un mouvement continu, pas un moment déterminant l'avenir sans possibilité de se détourner de sa finalité. Comment peut-on imaginer avec toutes ces circonvolutions adaptatives, tous ces aléas incongrus, toutes ces solutions avortées, que tout a été fait le sixième jour ou qu'après l'étincelle originelle les suites que nous vivons et explorons de tout temps ont été prédéterminées ? 

Les évolutions de l'Evolution

Le temps propose, le hasard impose, l’Evolution dispose et adapte pour préserver le sens de ses priorités. La Vie est un acte initial d’émancipation cherchant à s’affranchir du dictat de l’entropie. Mais se faisant, elle contraint les organismes à suivre des lois pour préserver sa nécessité, sa nature rebelle (toute ressemblance avec la politique moderne serait purement fortuite). Jusqu’à présent elle a été plus forte que le hasard. Cela aurait très bien pu ne pas être le cas, et cela n’aurait rien changé. Je pense qu’en tout lieu, en tout temps, là où l’entropie existe, la loi inverse cherche une ouverture complémentaire, équilibrante.

Les évolutions de l'Evolution

Dans cette course à l’armement pour se prémunir d’une destruction prématurée, la conscience est un outil au même titre que la station debout ou le pouce préhenseur. Elle se développe selon les mêmes lois, elle se nourrit, elle essaye de se reproduire pour protéger l’organisme porteur de sa fin inéluctable… elle aussi nécessaire (sinon, plus d’évolution, c’est le point d’arrivée). La conscience développe des concepts, imagine un cadre explicatif, des croyances, des lois pour organiser les échanges entre les êtres conscients ayant dépassé le carcan des lois naturelles. Cela dit, ces constructions ne font que traduire en d’autres termes ce que les lois de la nature imposent. Sauf dans les cas, peut-être, où la conscience de soi s’étend et dépasse les frontières de notre corps.

Les évolutions de l'Evolution

La conscience elle aussi évolue, elle ajoute des couches et elle permet de se libérer d’une certaine manière des contingences du corps et des lois vitales. C’est l’outil qui permet la Liberté. Elle ne peut arriver à cet objectif que si elle se transcende, tout comme l’être humain a essayé de s’affranchir de son milieu naturel. Le danger est de croire que cette nouvelle possibilité peut et doit contraindre ce qui nous entoure. Ainsi, l’homme détruit son environnement simplement en suivant la logique imprimée dans ses gènes et transposée à un contexte social. La conscience peut nous faire aller au-delà, nous faire comprendre qu’en tant qu’individu faisant parti d'une forme d'organisme plus complexe, nous avons peut-être un autre rôle à mettre en avant que celui consistant à faire perdurer LA Vie. Nous sommes des êtres conscients, désormais, c’est la conscience qui doit se développer et perdurer, la conscience d’une existence qui peut contempler, qui peut prendre du plaisir et en donner, et qui peut préserver au lieu de détruire. La conscience peut, qui sait, équilibrer les effets antagonistes de l’entropie et les lois de LA Vie.

Les évolutions de l'Evolution

Voilà un nouveau défi, une nouvelle étape, une nouvelle évolution dont nous sommes pleinement les acteurs, les sujets. A nous de relever la gageure et de faire en sorte d’aller plus vite que les processus destructeurs… peut-être aussi pour les équilibrer à une échelle purement humaine. Cela ne peut être rendu possible que par l’acceptation de soi, de notre nature vivante, des contraintes génétiques et sociales, pour pouvoir d’abord s’en libérer consciemment, et ensuite … nous verrons bien.

 

IL

Les évolutions de l'Evolution

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article