Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des rainettes

Le blog des rainettes

De tout et de rien mais surtout de tout : de l'actualité aux voyages, en passant par la culture, littérature, cinéma, l'Art et jusqu'à la cuisine ou la politique, parfois le tout en même temps à 4 mains, à loisir et à l'envie ! Pourquoi ? Parce qu’un et un font un, parce qu’ils existent, parce que c’est suffisant et insuffisant à la fois, parce qu’ils sont toujours d’accord, parce qu’ils ne sont jamais d’accord, parce qu’il est persuadé d’avoir raison, parce qu’elle sait qu’elle a toujours raison, parce qu’il y aura toujours des questions insolubles, parce qu’il y a trop de personnes porteuses de vérités prêtes à l’emploi, parce qu’il y en d’autres envahies de doutes, parce que la liberté de s’exprimer, de se laisser porter est un privilège dont on n’a pas toujours conscience, parce qu’il faut l’explorer comme on explorerait un nouveau continent . Parce qu’ils ne se prennent pas au sérieux, parce qu’ils se prennent trop au sérieux, parce qu’ils ne peuvent pas se passer d’internet, parce qu’ils aiment réagir, interagir, parce qu’un poste de télé ou un bon bouquin ça n’a pas beaucoup de répartie, parce qu’ils aiment des choses, sont dégoûtés, énervés, par d’autres, parce qu’ils contemplent. Parce qu’IL s’imagine en ermite reculé d’un monde fou au bord d’un étang, parce qu’ELLE veut voir le monde, parce qu’ils ont vu, parce qu’ils ont à voir, parce qu’IL repense la vie, l’univers et le reste dans un trempage hebdomadaire, parce qu’ELLE invente des vies, des univers et des restes dans des nuits blanches quotidiennes, parce qu’ELLE s’ennuie, parce qu’ils sont bavards, parce qu’ils sont timides, parce qu’ils sont différents, parce que les autres sont les autres, parce qu’ils sont de grands gamins et parce qu’ils en ont envie : le blog des reinettes, bavardages avec les grenouilles sur un bord d’étang reculé ou sur un coin de toile pseudo-sociale ! IL et ELLE

Ca tourne !

Ca tourne !

Travelling arrière, j'ai envie de parler un peu de cinéma comme je le disais, alors allons-y. Pas parce que je suis expert en quoi que ce soit du genre (ni en rien d'ailleurs, c'est pour ça que je me permets de questionner tous ceux qui pensent détenir une vérité), mais j'aime regarder un film. Une évasion, un autre monde, une réalité alternative, des histoires, des divertissements sans prétentions, d'autres vies... bref, de quoi alimenter le cerveau aux reflets de l'étang.

J'ai toujours aimé ça, je crois, des vieux classiques avec en tête des films de Carné ou de Renoir, aux films prises de tête (Aronofski), poétiques (Miyazaki), presque parfais (Bergman, Kubrick), amusants (Billy Wilder, Monty Python, Wes Anderson), les comédies franches, des films dans tous les genres, de toutes les époques, sans réserve.

Ca tourne !

 

J'avoue que pour l'évasion je préfère les grands spectacles, voire, les blockbusters purs et durs. Avec ELLE, nous en discutons souvent, nos goûts diffèrent souvent aussi, à croire qu'il y a des films pour garçons et d'autres pour filles (et encore je ne parlerai pas des mots interdits, de certains acteurs ;-)). J'avoue, on pourra dire que c'est une effet de la testostérone, mais j'ai un peu moins envie de regarder pour une 4ème fois "Raisons et Sentiments" (que j'aime bien ^^), qu'un X-men ou un Hobbit avec ou sans anneau.

Ca tourne !

Mais je regarde de tout, tout de même, et je prends du plaisir à beaucoup de choses.

En plus, je n'ai pas la dimension de déception en cas d'adaptation plus ou moins bien réalisée, je lis trop peu pour avoir des références comparatives.

Ainsi, dernièrement, j'ai privilégié les grands spectacles, des tranches de mondes parallèles d'1h30 à 2h. Des magiciens font vivre les illusions d'Escher avec un brin d'humour, des animaux fantastiques provenant parfois de manière trop évidente d'une réalité déformée, un singe géant cousin de Godzilla qui aurait pu croiser Marlon Brando au vietnam sur un air de Wagner, un curieux mélange de mutants, Sherlock Holmes, de nazis, ... non, pas Captain America, Miss Perigrinn avec une Eva Green à géométrie variable, ou encore l'histoire d'un rêveur qui se bat contre son cauchemar pour pouvoir mourir en paix ou comment la psychanalyse des rêves peut se rhabiller devant un Olaf à la dentition approximative... bref, du divertissement.

Ca tourne !

Ghost in the shell est particulier. J'ai aimé toutes les versions, et le mélange entre futur proche, cybernétisation, la frontière entre l'humain et la machine, ce sont des questions intéressantes à mon sens (reprises à l'envers dans l'homme bicentenaire par exemple). Cela renvoie à des questions plus profondes bien sur, mais restons à la surface de l'eau pour l'instant. Alors celui que j'ai vu récemment était là pour me replonger dans ces interrogations... jusqu'au film d'après pour y revenir encore après.

Je ne vais pas aborder ici la richesse des animes japonais, mais ghost in the shell fait partie des productions que je préfère. Miyazaki est très au dessus, mais est-ce bien comparable mis à part au niveau du pays de production.

Ca tourne !

 

Parler d'un film emblématique, un film que j'aime particulièrement ? Pourquoi pas, mais comment le choisir ? Au détour d'une conversation je pense à un, puis un autre puis... Alors en choisir un ? Autant lancer un dé à 100 faces et attendre le résultat de sa rotation erratique (le bonneteau est impossible ici). Il vient de s'arrêter. Ô hasard malicieux ;-), il vient de s'arrêter sur... Le septième sceau. Les échecs, la vie contre la mort, l'humanité contre la barbarie, les noirs contre les blancs dans un combat nécessairement perdu. Une lumière frissonnante, des regards, des visages, une atmosphère. un film presque parfait où il ne manque peut-être qu'une musique forte de silences. Max Von Sydow façonné pour remplir la lumière laissée par la mort. Certes, le manichéisme l'emporte sur les réflexions métaphysiques, mais la finesse de Bergman rendait alors magique la moindre grève. Je dois avouer que je suis un peu moins friand de ses réalisations de la fin de son oeuvre, mais celle là est très belle. Peut-être que je préfère "les fraises sauvages", mais les échecs ont été évoquées par ailleurs alors le hasard m'a orienté. Enfin, je ne sais pas si je dois, mais un film qui sert de référence à d'autres a peut-être quelque chose de plus (cf. le sens de la vie ou encore last action hero, ELLE ne regarde pas). 

Ca tourne !Ca tourne !
Ca tourne !
Ca tourne !Ca tourne !
Ca tourne !Ca tourne !

Puis, je rebondis sur 2001 l'odyssée de l'espace pour parler d'un autre film presque parfait. Une autre manière de se situer entre une anticipation dépassée et un passé moyenâgeux. 2001 est emblématique, repris, innovant, parodié, référencé, pensé, énigmatique... On ne souvient pas des acteurs, à part Hal (Carl). On ne souvient pas de tout et on ne comprend pas vraiment tout (sans avoir lu le livre). On sait juste que le voir peut marquer. Encore des questions même si la métaphysique est simplement décalée dans l'espace et le temps. L'atmosphère encore, les musiques (un bonus pour Kubrick, il sait les choisir), les images si réalistes de 1968 alors que dans les années 80 on faisait encore des nanar en carton pâte, et alors qu'il a fallu inventer une nouvelle mythologie et limite un univers parallèle pour accepter le son de canons lasers dans le vide intersidéral apparu en 1977. Sans effets superflus pour remplir la narration, mais des effets limpides pour créer un décor naturel. A chaque fois que je le vois, il me porte à son terme sans effort. Et puis, ayant déjà osé, les références pouvant faire les films d'exception, pensons à Y-a-t-il enfin un pilote dans l'avion, ou encore à Wall-e. 

Ca tourne !Ca tourne !
Ca tourne !Ca tourne !
Ca tourne !
Ca tourne !

Voilà pour deux films évidents dans mon panthéon. Mais sur la centaine que j'aurai eu envie d'évoquer en même temps le hasard aurait pu nous amener bien ailleurs. Le dé a été juste un peu orienté vers les échecs, avec des films particulièrement réussis.

 

IL

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rainettes 22/04/2017 10:00

IL trouve des échos dans tout ! Ainsi pour lui ces deux films en apparence très contrastés se répondent en toute logique.
Revenez nous faire part de votre séance de cinéma si vous le souhaitez, nous pourrons échanger.
ELLE

gribouille 22/04/2017 07:33

euh... je parlais des derniers cités. :)

gribouille 22/04/2017 07:31

voici deux films que je n'ai toujours pas vus, que des bribes. Les voir donc l'un après l'autre, pourquoi pas. Le contraste (photo) est saisissant.